Comment développer son sens du rythme à la guitare ?

Vous êtes persuadé de ne pas avoir le sens du rythme à la guitare ? Ou pire, vous êtes persuadé que ce sont tous les autres qui n’ont pas le bon (c’est à dire le vôtre) sens du rythme ? Retrouvez pleins de bons conseils dans cette vidéo et dans l’article qui suit !

Le sens du rythme, une fatalité ?

Nous ne sommes pas tous égaux devant le rythme, mais avec une bonne méthode, et des exercices précis, rien n’est impossible. Débarrassez vous des idées reçues : les inégalités face au rythme à la guitare sont plus souvent dues à une éducation différente qu’à un réel don ou handicap. Si Victor Wooten est aujourd’hui Victor Wooten, c’est qu’il a grandi dans une famille au sein de laquelle on fait de la musique tous les jours ! Pas étonnant qu’il ait développé un talent musical hors norme.

Soyez indulgents avec vous-même, donnez-vous du temps, et bientôt, vous surmonterez vos difficultés.

Les conseils pour progresser en rythme à la guitare

Juste avant d’attaquer, petite définition rapide pour bien clarifier notre propos :

  • le tempo, c’est la vitesse à laquelle vous jouez un morceau.
  • le rythme, c’est l’écart, l’espacement entre les notes.

Conseil n°1 : Détendez-vous !

C’est probablement l’un des conseils les plus importants ! Vous n’êtes pas bon en rythme ? Ok, c’est acté, mais vous y travaillez. Bien souvent, les personnes ayant des difficultés avec le rythme intellectualisent trop la musique (« je joue 8x cette note et après 4x celle-ci etc etc…). Elles ne sont pas en train de jouer, elles sont en train de compter (souvent elles manquent de confiance et compter est un bon moyen de se rassurer).

Conseil n°2 : le rythme dans la peau.

Essayez de ressentir la musique dans votre corps, c’est le meilleur moyen d’appréhender le rythme à la guitare : taper du pied, bouger la tête, taper des mains sont autant de petits exercices qui, petit à petit, vont vous aider à développer votre sens du rythme.

Exemple : « We will rock you ». C’est la batterie standard du rock, un bon gros poum-poum-tchak. On frappe son poing contre sa poitrine sur les « poum », et on tape dans ses mains pour le « tchak ». Entraînez-vous !

Certains vous diront qu’un bon musicien n’a pas besoin de taper du pied pour garder le tempo et rester en rythme. Je dis qu’il ne faut rien se refuser si cela permet d’améliorer notre pratique. De plus, si Clapton, Wooten, ou Flea bougent la tête ou tapent du pied lorsqu’ils jouent, je pense que l’on peut, nous autres plébéiens, faire la même chose.

Conseil n°3 : l’écoute active

Trouvez un moyen de marquer le tempo avec votre corps. Que ce soit un balancement de la tête, du pied ou du genou, essayez de le faire de façon active, en vous concentrant sur ce qui se passe, sans forcément compter.

Essayez avec la vidéo présentée en tout début d’article ou alors avec l’exercice vu ci-dessus, en ajoutant le pied par exemple :

Le pied est présent partout, car il marque les temps, et donc le tempo. C’est sur la base de ce tempo que vous travaillez votre rythme à la guitare.

Lorsque vous êtes à l’aise avec l’exercice, prêtez attention aux détails qui indiquent les changements du morceau que vous travaillez : le passage du couplet au refrain, le changement d’accord etc… Comment sont-ils amenés (break de batterie…) ? Quel repère cela me donne-t-il ?

Pour vous évaluer, faites l’exercice avec la musique, puis demandez à quelqu’un de baisser le volume à fond, tout en continuant de marquer les temps et le rythme. La personne remonte le son :

  • Vous êtes pile dans le bon tempo et le bon rythme : super, l’exercice est réussi.
  • Vous avez accéléré (vous êtes guitariste) ou ralenti (vous êtes bassiste) : super, l’exercice vous sera encore utile !

Conseil n°4 : the Power of the One

La clef du groove c’est le placement du temps 1, le temps fort. C’est celui à ne pas rater.

Un exercice très utile pour travailler son rythme à la guitare ou à la basse est de ne jouer que sur un temps donné, avec l’aide d’un métronome et d’un quelconque tempo. Le plus simple est de commencer par le temps fort, le temps 1. Sur pratiquement tous les métronomes, le temps fort est marqué différemment des autres : c’est sur celui-ci que vous devez jouez.

S’en suivent toutes les variations que vous pouvez retrouver sur la vidéo à 10:19.

Outre le placement rythmique, ces exercices vous permettent de comprendre la dimension cyclique du temps en musique.

Voyez la structure rythmique comme un train. Le temps 1, c’est la gare. Quel que soit le moment où vous êtes tombé du train, revenez à la gare, et reprenez le train en cours.

Si vous êtes arrivés jusque là, alors vous êtes déjà à l’aise avec les temps. Vous pouvez passer aux contretemps, et en fait, vous les connaissez déjà. Exemple : si vous marquez le tempo en tapant du pied, alors le contretemps, c’est le moment où votre pied est en l’air. C’est le fameux 1 ET 2 ET 3 ET 4 ET… En reggae, si vous êtes guitariste, vous ne jouez quasiment que sur les contretemps.

Si vous souhaitez revoir les basiques du rythme, cette vidéo devrait vous intéresser.

Conseil n°5 : ne vous découragez pas !

On travaille le rythme toute sa vie de musicien. Écoutez, jouez différents types de musiques, rencontrez de nouveaux musiciens, tout cela développera votre sens du rythme. Avec cette vidéo, vous avez les bases, il ne reste plus qu’à vous entraîner !

La publication a un commentaire

  1. pierre59

    Bonsoir Mathieu comment fait on pour acheter des tablature sur votre site merci cordialement pierre

Laisser un commentaire